ALAIN  GALLET

Réalisateur Télévision

 

J'avais quitté l'enseignement. Sans passion je m'y étais appliqué avec honnêteté dans le prolongement d’études supérieures de lettres modernes. J'étais perdu, le hasard m'a secouru. Mais il est peut-être des hasards dont on organise secrètement la nécessité. Inconsciemment, bien sûr ...

 

Désoeuvré, j’avais envoyé ­- sans grande chance d’être lu ! - une lettre soigneusement manuscrite présentant un projet d’émission rock pour une radio régionale : Radio Armorique, dépendante alors de France 3 Bretagne et Pays-de-Loire. Contre toute attente, ma lettre fut lue et le projet retint l'attention. Pour me tester et juger mieux l'intérêt du projet on me demanda d’enregistrer une "maquette". Je m’appliquai. Un premier essai fut ensuite tenté à l’antenne. Le courrier des auditeurs décida sans doute de mon avenir . On me proposa une émission hebdomadaire, d’autres allaient rapidement suivre. On était en 1976. Ma vie basculait.

 

J'ai donc été, dans un premier temps, animateur-producteur de radio pendant sept ans sur une radio régionale de service public, de 1976 à 1983. Puis ayant bifurqué vers la télévision régionale – à laquelle je collaborai très tôt  parallèlement à mes activités radiophoniques (dès 1979) –, je n’ai cessé ensuite de passer devant et derrière la caméra en tant que producteur artistique ou/et animateur-présentateur, puis journaliste et enfin réalisateur. La réalisation étant mon orientation définitive depuis 1988.

 

Aucune versatilité derrière tout çà. Juste des désirs et des opportunités. Un total "work in progress". Aucun plan de carrière. J’ai donc un peu navigué à vue, d’année en année – et à l’occasion de chaîne en chaîne – de l’univers de l’Information à celui des Programmes, avec une prédilection pour le documentaire, mon activité de coeur ...

 

En fait je me retrouve assez bien dans le mot du poète égyptien Edmond Jabes : « Il faut avoir beaucoup erré, s’être aventuré sur bien des chemins, pour s’apercevoir qu’en fin de compte on n’a jamais quitté le sien ».  

 

Si donc je réalise aujourd’hui principalement des documentaires, j’ai par ailleurs réalisé au fil des ans de nombreux sujets pour divers magazines thématiques, ainsi que des émissions de "plateaux"  (réalisation multi-caméras, studio et car régie en extérieur).

 

Depuis les années 80 j’ai ainsi collaboré avec TF1, France 2 et surtout France 3, en particulier à travers une relation soutenue avec la station régionale de France 3 Ouest.

 

Très ponctuellement il m’est arrivé de travailler pour l’univers du film d’entreprises et de la communication. Et plus généralement j’ai eu au fil des ans quelques collaborations nées d’amitiés et d’affinités artistiques, comme par exemple celle avec le Festival Etonnants Voyageurs de St Malo (1991.1992.1993.1994). Enfin, j’ai aussi été chargé de cours à l’Université de Rennes 2 (1988.1989.1990), renouant un temps avec mon tout premier métier d’enseignant.

 

A suivre, donc, quelques repères de mon parcours professionnel, depuis mes débuts à la radio jusqu'à mon dernier documentaire pour la télévision LA LETTRE À GABRIELLE, un "portrait" de femme sur fond de l’arrivée de réfugiés républicains espagnols en Bretagne dans les années 1936-1939 : de la Bretagne à l’Andalousie, Gabrielle Garcia part sur les traces de son père exilé, au gré des lieux elle se confie ; et elle reçoit un jour une lettre de son ancien professeur d’espagnol, fils d’une riche famille espagnole franquiste …

 

Ah ! j’oubliai … Je suis originaire de Bretagne. J'y vis. J'aime ce "pays". Et mon parcours professionnel s'explique pour beaucoup par cet attachement .

Alain Gallet - réalisateur