En savoir plus

L'AQUARIUM A CHANSONS

(1979.1980.1981.1982.1983)

A l'actualité des concerts rocks faisait écho la première "vague celte". Et pendant quelques années je n'eu aucun mal à assurer la programmation de l'AQUARIUM À CHANSONS qui lui était entièrement consacrée : de Glenmor à Alan Stivell en passant par Gilles Servat, les Tri Yann, Dan Ar Braz, Gérard Delahaye, Gérad Ducos, Yvon Etienne, Melaine Favennec, Kirjhuel, Manu Lanhuel, Maxime Piolot et autres Claude Besson, Louis Capart, Cabestan, Djiboutjep, Gwendal, et encore Annkrist, Maripol, Kristen Nogues ... Tant d'autres !  Je ne saurais énumérer tous les chanteurs bretons – j'entends par-là "de Bretagne" (nuance souhaitable) –  que je recevrai alors en studio, sur le seul principe de l'actualité de la sortie de leur nouveau disque, puisque chaque semaine un disque sortait, des labels se créaient (Kelenn, Keltia Musiques, Névénoé, Coop Breizh, ...), et les concerts se multipliaient ! Cette incroyable vitalité de la chanson bretonne et d'une forme de "progressive-folk" breton fut d'ailleurs aussi – par ricochet – l'occasion pour moi de faire mes premiers pas à la télévision régionale en y proposant les portraits de quelques-uns sous forme d'émissions de 13 mn, dès 1979. Le boom ne dura  vraiment que 3 ou 4 ans, puis cela s'assagit, mais quel boom !              

 

Bien sûr la chanson "bretonne" a toujours aujourd'hui ses phares historiques (Alan Stivell, Dan Ar Braz, Gilles Servat, les Tri Yann ...), auxquels sont venues s'ajouter au fil des ans de fortes personnalités (Annie Ebrel,  Cécile Corbel, Yann-Fanch Kemener, Nolwenn Korbell, Erik Marchand, Denez Prigent, d'autres...); mais le phénomène dit de "chanson bretonne" a objectivement disparu : sa vitalité s'est reportée à mon sens sur les groupes de "fest-noz", nombreux et très créatifs, mais majoritairement instrumentaux. Je n'oublie pas non plus les frères Molard, Jacques Pellen, Arno Royer, Soig Sibéril, Didier Squiban, ... mais ce sont aussi des musiciens, pas des chanteurs. Non, le phénomène "chanson bretonne" – laquelle pouvait s'apparenter d'ailleurs plus largement à la "chanson française", stylistiquement parlant (à ceci près qu'elle pouvait avoir des centres d'intérêts bretons, et qui plus est parfois militants) – est loin derrière nous, mais la musique, elle, au sens large, est toujours là, et bien là !...