En savoir plus

JAZZ CÔTE OUEST

(1978.1979.1980.1981)

 

Aujourd'hui pas plus qu'hier on ne peut véritablement parler d'un "jazz breton", mais force est de constater que près de 40 ans plus tard la composante jazz irrigue cette fois littéralement  toute une musique "progressive" bretonne. Car dans le sillage des recherches de gens comme Erik Marchand ou Jacques Pellen, tout un ensemble de groupes  – composés de musiciens au bagage technique parfois impressionnant – sont nés, notamment ces dernières années; et certains d'entre eux proposent même des musiques parmi les plus originales que l'on puisse trouver en France aujourd'hui. Dans le registre du "folk-progressif" des années 80, le groupe Gwerz a fait beaucoup d'enfants, ils sont nombreux et talentueux. Certains ne sont pas étrangers à la culture et la technique jazz et on ne peut plus parler à leur propos de "progressive-folk", tant une inspiration jazzy les anime. Çà n'est pas du jazz, bien sûr ! Mais çà n'est plus tout à fait du " folk-progressif"... Et d''ailleurs, certains groupes – dits de "fest-noz", mais imprégnés précisément de cette culture jazz – sont bien autre chose que de purs groupes de musique à danser ! Le grand fest-noz annuel "Yaouank" est parfois l'occasion de s'en apercevoir. Et puis enfin, il ne faudrait pas oublier les créations musicales ici ou là qui, régulièrement, rapprochent de véritables musiciens de jazz de la musique bretonne. Ainsi – au gré des invitations de la Kreizh Breizh Akademi (créée par Erik Marchand en 2003) – le trompettiste Ibrahim Maalouf, le clarinettiste Louis Sclavis, le violoniste Dominique Pifarely, la contrebassiste Hélène Labarrière ... Et comment ne pas citer, dans un autre registre, un autre parcours, le trompettiste Eric Le Lann (d'origine bretonne et vivant aujourd'hui en Bretagne), avec qui j'aurai l'occasion de faire un de mes premiers documentaires, en tant que réalisateur.