Souvenir, souvenir...

LA LETTRE A GABRIELLE

Nous sommes au coeur de la peupleraie de Cijuela, en Andalousie, là où le père de Gabrielle fuyant la répression franquiste se cacha avec ses compagnons, avant de rejoindre le front de la résistance. Je sens Gabrielle à la fois paradoxalement sereine et fébrile. Déjà, ce matin, sur cette petite place de la Maison du Peuple où son père alphabètisait les paysans, le soir après son travail, son émotion était forte et nous avons dû faire plusieurs prises. Je la laisse seule pendant de longues minutes. Elle déambule au milieu des grands arbres que le soleil transperce çà et là de rayons violents. Pour l'interview j'ai fait le choix d'une marche dans cette peupleraie, un unique travelling à l'épaule, pour évoquer cette fuite, et cet engagement ...

 

Çà n'est pas de la mise en scène, plutôt de la mise en situation.  Installer un rail de travelling dans le coeur des gens n'est pas chose facile. C'est pourtant essentiel. Car il s'agit bien d'amener les gens à se balader en eux-mêmes et à se parler tout autant qu’à vous-même. Il convient juste de les accompagner, de marcher à côté d'eux. Et aussi – pourquoi le nier ? – de les guider, discrètement. Il faut donc anticiper le parcours, ses courbes, ses arrêts. Puis souvent, seul alors la fluidité d'un unique plan-séquence peut capter ce voyage intérieur. Et la caméra du cœur doit glisser sans a-coup, aucun. C’est la condition nécessaire pour que la prise soit bonne. C'est un état privilégié de dialogue, de rencontre. C'est un état unique. On est dans un temps hors du réel (de par le dispositif visible de tournage, même minime) et pourtant bien vivant, incarné, sincère. Çà n'est plus tout à fait la vie, mais çà n'est pas non plus - indiscutablement - la fiction.

Evoquant ses clichés, Cartier-Bresson conditionnait leur réussite à ce qu'il appelait " l'instant décisif ". Pour parvenir à recueillir des témoignages intimes je parlerais volontiers de " lieu propice ", c'est-à-dire la nécessité de tourner où les choses peuvent être dites, avec force et émotion; et dîtes uniquement là.

Pour le reste, quand je tourne j'essaye toujours d'avoir à l'esprit le proverbe Rom : " N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures "...