Malamok Blues

Statue Lyre de Paule

photo © Daniel Le Danvic

En savoir plus

La Bretagne est riche en cimetières de bateaux. Celui de La Passagère près de  St Malo, du Magouër près d'Etel, du Pont du Bonhomme près de Lanester, du Jaudy près de Tréguier, mais encore du port de Camaret, du Guilvinec, de Douarnenez ...                                              

 

Ce sont des lieux étranges. Si possible à l’écart, un peu cachés. Parfois  au plus près des chantiers, dans l’arrière-port; mais le plus souvent au fond d’une ria, dans une vasière que la lumière habille du gris tragique au rose nacré.                                                             

 

On y rencontre souvent des promeneurs, attirés par le calme et l'étrangeté des lieux. Certains d'entre eux viennent même y peindre, photographier, écrire. Mais d'autres sont totalement insensibles et jugent ces cimetières de bateaux sales et dangereux. Ils veulent les assainir, les nettoyer, voire les effacer totalement. Et régulièrement des conflits éclatent sur le choix de leur conservation en l'état ou au contraire celui de leur disparition radicale, envisagée le plus souvent par quelque projet d'aménagement.   

 

Que se joue-t-il donc d’essentiel en ces lieux pour que les "pour" et les "contre" puissent alors s’opposer parfois avec une certaine forme de violence ? Et cela, pour la majorité d'entre eux, sans être des gens de mer ! Quel est donc le sens, aujourd’hui, de ce rapport affectif à un outil de travail révolu et sans doute à travers lui à tout un monde du travail disparu ?      

 

Aux yeux de l’homme moderne en mal de repères et de traces, les cimetières de bateaux n’ont-ils pas acquis en Bretagne un statut de territoires sacrés ? Comblant peut-être un manque, ne sont-ils pas vécus comme tels au point que certains les jugent apaisants et y trouvent l'occasion d’une forme de recueillement diffus ? Ou bien s’agit-il d’une nostalgie facile pour une société qui a peur de son avenir ? …   

 

A travers les cimetières de bateaux MALAMOK BLUES est une réflexion sur le paysage et la place des ruines dans nos sociétés. C'est un film sur le sacré, le rapport au temps et à la mort, la mémoire et le patrimoine.

 

Paysagiste, philosophe, sociologue, urbaniste, géographe et historien s'interrogent et donnent leur point de vue. Ce faisant la réflexion devient protéiforme, cherchant à définir la notion même de paysage, et abordant tout aussi bien l’esthétique des ruines chez les romantiques allemands du 18ème  siècle que le besoin existentiel de patrimoine chez l’homme depuis la Renaissance ...                                                                                                  

MALAMOK BLUES c’est aussi et surtout une ballade en images dans ces territoires délaissés qui constituent ce "tiers-paysage" dont parle l’architecte-paysagiste Gilles Clément. C’est donc aussi une rêverie à la rencontre de flâneurs aux motivations diverses, toutes et tous fascinés par ces lieux magiques, uniques .

 

Valérie – l’ infirmière – qui, des années durant, a photographié en gros plans les tâches colorées des coques d’épaves, établissant une passerelle entre ses photographies, comme des traces ultimes de vie, et son travail auprès des personnes âgées, leur peau …

 

Marc – l’ancien docker – qui peint inlassablement, jusqu’à l’abstraction, les épaves de l’arrière-port du Guilvinec, son unique thème puisqu’il n’arrive pas à peindre les visages humains …

 

Fanny et Marc – les jeunes mariés – qui ont fait leur "photo de mariage" au milieu des épaves du Magouër, territoire de jeu de leur adolescence !…

 

D’autres encore : ancien pêcheur, charpentier de marine, photographe, homme de théâtre ... témoignant tous de leur attachement profond à ces lieux uniques, partout régulièrement menacés.

 

Le littoral est un espace conflictuel qui justifie déjà nombre de combats acharnés pour y protéger la vie ; que d’aucuns veuillent aussi y respecter la mort est peut-être moins innocent qu’il n’y paraît. C'est le sujet du film.

Fiche Technique

Titre Malamok Blues

Genre Documentaire de Création

Durée 52 mn

Année de Production 2003

Coproduction Aligal Production / France Télévisions

Avec le soutien de  CNC / Région Bretagne

 

Production Jean-François Aumaître / Marie-Claire Thouault

Réalisation Alain Gallet

Image Roland Thépot Son Ludovic Decarsin  

Lumière  Philippe Charcosset / Daniel Lallemand Montage Jean-Patrice Rouillé 

Mixage Thierry Compain

 

Commentaire  Alain Gallet  

Lu par Alain Gallet

Intervenants

Françoise PERRON, géographe

Michel LE BRIS, romancier et philosophe

René ESTIENNE, historien (du Ministère de la Marine)

Philippe LACOMBE, sociologue

Daniel LE COUEDIC, urbaniste et historien

Gilles CLEMENT, architecte-paysagiste

--------

Daniel LE DANVIC, conducteur de train et photographe  

Yvon LE CORRE, peintre-navigateur

Jean GOURMELEN, ancien patron-pêcheur

Jean ROLLAND, ancien charpentier de marine

Marcel THOMAS, comité de défense des épaves du Magouër

Gérard GUILLAS, comité de défense des épaves du Magouër

Jean GUILLEVIC, comité de défense des épaves du Magouër

Fanny et Erwan HERVE, jeunes mariés

Marion GUERMONPREZ, architecte-paysagiste

Marc TANNEAU, ancien docker

Gildas BITOUT, plasticien et photographe

Alain KOWALCZYK, metteur en scène

Valérie VILLIEU, infirmière 

DVD

DVD Malamok Blues - Alain Gallet

Disponible chez 

Aligal production

21 rue Moreau de Jones, 35000 Rennes

Tel  02 23 20 70 70   Mail contact@aligal.com

Boutique en ligne  www.aligal.com